Office du Tourisme
de
Grez-Doiceau
Tourisme de
Grez-Doiceau
Tourisme de
Grez-Doiceau

Nl   En

L'histoire de Nethen


L'époque romaine
A cette époque, il existait une ancienne voie reliant la forêt de Meerdael à Nethen.
Des vestiges romains antérieurs à la conquête de César y ont été retrouvés.

Le Moyen Âge
A proximité de l'église Saint-Jean-Baptiste de Néthen, derrière le cimetière, se dresse une butte artificielle de 5 m de large entourée par un fossé. Cette butte, appelée «La motte de Nethen», faisait partie d'un système défensif de la route reliant Louvain à Wavre. L'origine de cette butte défensive remonte vraisemblablement au début du XIème siècle et fut érigée lors des troubles opposant le prince-évêque de Liège contre le Duc de Brabant.
La Motte de Néthen appartient à une typologie peu fréquente en Wallonie. Le 22 mars 1994, elle fut classée site archéologique.

Dès l'année 1173-1174, la seigneurie de Nethen se trouvait entre les mains du chapitre de Saint-Jean.
Par la suite elle passa des Ducs de Brabant au Seigneur d'Aerschot puis aux sires de Rhode-Sainte-Agathe qui en conservèrent la propriété jusqu’à la révolution française.

Ce qui est aujourd’hui la « Maison de Savenel » était à l'origine une tour de défense qui existait déjà au XIIIème siècle et qui fut transformée en 1530. Le domaine accueilli pendant quelques années une papeterie puis fut racheté en 1850. A gauche du château subsistent les granges qui datent des XVIème et XVIIème siècles.
Vers 1400, une charte fût rédigée en français reprenant les charges et les droits du « Chapitre » et des habitants.

Les temps modernes
En 1537, Nethen eût à souffrir autant qu'Archennes des ravages que les troupes y causèrent.
A cette époque, Nethen était constituée de 2 agglomérations distinctes Wez et Nethen. La paroisse qui dans un premier temps était installée à Wez fut, par la suite, transférée vers le centre de Nethen à l’emplacement qu‘elle occupe encore aujourd’hui.
Nethen suivait la coutume de Liège et, de 1739 à 1790, le greffe échevinal se trouvait au tribunal de première instance de Louvain.
La paroisse de Néthen dépendit successivement de l’évêché de Liége, du concile de Jodoigne, de l'archevêché de Malines, du doyenné de Louvain, comme succursale de la cure de Beauvechain et finalement du doyenné de Wavre.

Le géant "Le Cagne"
Ce géant évoque un certain Joseph Dassy surnommé « le Cagne » qui vécut à Néthen de 1909 à 1987. Le cagne signifie en wallon un bout de pain et évoque les privations subies par cet ancien braconnier. Ce dernier exploita plus tard un café près de la place des Trémentines .