Office du Tourisme
de
Grez-Doiceau
Tourisme de
Grez-Doiceau
Tourisme de
Grez-Doiceau

Nl   En

Nos balades


Archennes
La découverte de vestiges fait remonter l'origine du village à une époque très reculée. On a retrouvé des briques romaines, des débris de poterie, des tessons de cruche, de la terre calcinée, une voûte de maçonnerie de briques,...
Notre circuit débute à l'église Saint-Pierre et Paul qui conserve de relique de Saint-Ghislain provenant de l'Abbaye de Florival, tout proche. De style néo-gothique, elle fut reconstruite en 1863 sur l'emplacement d'une ancienne église dédiée à Saint-Pierre. Statues de Saint-Ghislain et Saint-Pierre du XVIIIième siècle intéressantes et surtout, fonds baptismaux du XIIième siècle de belle composition romane avec cuve ornée de quatre têtes humaines.
Contournez par la droite l'église vers le hameau "Les Monts". On traverse la rivière "le Train" et sur la droite, on longe le parc à l'anglaise avec de très beaux arbres, certains d'essence rare, du château d'Archennes dont on peut apercevoir la cour et la façade. Belle construction classique de la fin du XVIIIième siècle.
Par la rue des Monts, on atteint le hameau "Les Monts" avec quelques maisons anciennes. On se dirige ensuite, soit en traversant le hameau, soit en passant par en dessous, vers le château de "la Motte", grosse propriété située à peu de distance de l'emplacement de l'ancien château médiéval fortifié érigé sur "une motte" (dans le bois d'épicéas de l'autre côté du chemin de fer) Détruit vers 1580, il n'en reste que quelques vestiges.

La vallée de la Dyle
Traversez le chemin de fer. Une station de pompage de la Société SWDE se trouve un peu en contrebas. De nombreux pompages sont effectués à divers endroits à Grez-Doiceau qui dispose d'un sous-sol contenant des nappes d'eau importantes. L'eau pompée est destinée principalement à alimenter la région malinoise.
Prenez le chemin agricole à droite qui longe la voie ferrée. A votre gauche, peupleraie, puis cultures et pâtures dans la splendide vallée de la Dyle qui y serpente dans le fond. Zone humide très intéressante faisant partie du Parc Naturel Régional de la Dyle, périmètre de 400 ha environ, délimité au plan de Secteur.
Le Parc Naturel est défini, par le décret du 16 juillet 1985, comme étant un territoire rural d'un haut intérêt biologique et géographique soumis à des mesures destinées à en protéger le milieu, en harmonie avec le développement économique et social du territoire concerné.
On passe en dessous du chemin de fer et prendre le sentier qui le longe. Traverser le Train et continuer jusqu'à la rue de Florival avec des belles vues sur le parc du château. Tourner à gauche et traverser le passage à niveau.
Suivez ensuite pendant 600 mètres environ la chaussée jusqu'au prochain passage à niveau. Pendant ce trajet, belle vue, à gauche, sur la nouvelle "Réserve Naturelle Domaniale du Bouly" se trouvant dans le Parc Naturel Régional de la Dyle et dans la Zone de Protection Spéciale de l'Avifaune européenne.
Comme le signale les panneaux placés pas la DGRNE aux deux entrées, cette réserve est constituée de peupleraies, d'un ancien méandre de la Dyle, le Robson, de prairies humides, de lisières forestières et de rideaux de saules. Sous les peupliers installés sur prairie, la forêt alluviale naturelle (ormaie-frênaie), aujourd'hui très rare en moyenne Belgique, s'est réinstallée et se développe progressivement. Le site abrite notamment martin-pêcheurs, pics noirs, batratiens, insectes aquatiques.
Cette réserve n'est pas encore aménagée mais constituera, prochainement, un lieu attirant les naturalistes et promeneurs soucieux de la nature.
Notez que la ligne de chemin de fer Ottignies-Wavre-Louvain fut construite dans la deuxième moitié du siècle passé en profitant de la large vallée de la Dyle. Elle fut construite sur remblais étant donnés les zones humides traversées. Elle parcourt Grez-Doiceau sur une longueur de 8 km avec 4 stations et permet de jouir d'une très belle vue sur toute la vallée de la Dyle. Aller-retour conseillé.
Au fond les frondaisons des bois de Laurensart ayant constitué la ligne de défense de la Dyle en 1939-1940. Plus loin, le parc de l'ancienne Abbaye de Florival qui fut fondée au XIième siècle et construite dans une plaine "couverte de fleurs".  Plusieurs fois détruite et reconstruite, elle ne survécut pas à Révolution française.

La Verte Voie
Tournez à droite et traversez la voie de chemin de fer. Vous êtes sur la rue de la Verte Voie que vous suivrez jusqu'au petit hameau de quelques maisons à l'orée du bois. Le très beau chemin creux montant à gauche atteint le plateau de la Malaise à travers bois et champs. Continuer jusqu'au carrefour avec la rue pavée qui conduit à Bossut que vous apercevez dans le fond. Très vieil arbre, un orme, avec une petite potale dédiée à Notre-Dame qui domine le riche plateau.
Sur le versant boisé de la Dyle, entre Archennes et Pécrot, subsistent encore quelques vestiges d'un milieu naturel devenant de plus en plus rare: il s'agit de landes sèches à bruyère essentiellement composées par la bruyère accompagnée par le myrtiller, la canche flexueuse, la fétuque... sans arbustes ni buissons. on verra parfois s'y former aussi de vastes peuplements de genêt à balais ou de fougère aigle. Nombreuses il y a 30 ou 40 ans, ces landes à bruyère ont été progressivement envahies ou peuplées d'arbres et arbustes et disparaissent. Il y en avait notamment dans la Verte Voie.

L'Hézidelle
Prenez à droite la rue pavée (avenue Fernand Labby) pendant 400 mètres, puis à droite encore dans un chemin de terre, 500 mètres plus loin à gauche et de nouveau à droite pour redescendre à travers champs et bois vers l'Hézidelle, vaste clairière orientée au sud et dominant le centre du village d'Archennes blotti autour de son clocher et enserré dans un écrin de verdure, souvent nimbé d'une brume légère. Avant d'atteindre la route, tournez à gauche avant les maisons dans le petit sentier. Il vous ramènera près de l'église, terme de votre promenade.
Comme vous l'avez constaté, vous avez parcouru les zones humides de la vallée de la Dyle, puis remonté le versant de la vallée à travers bois pour atteindre un plateau fort étendu où les cultures dominent, enfin redescendu le versant boisé. Ce schéma se trouve un peu partout à Grez-Doiceau où vallées et plateaux alternent.